Tag Archives: pop

« Florry », pour l’intrigue d’une voix singulière.

Voilà quelques semaines que je m’imprègne de l’album concerné par cette chronique. Au gré de mes écoutes, j’ai pu constater auprès de mes pairs que la voix, assez centrale sur ces huit morceaux, représentait un sujet de discorde entre nos différentes esthétiques. Pour ma part, je l’écoute comme tout autre instrument. En ce sens, le texte m’apparaît second. Son intelligibilité ne m’est pas primordiale et, souvent, je n’aime guère lorsque la voix est mise sur un piédestal vis-à-vis des autres sons qui l’habillent.

Miaulements, couinements. J’observe avec attention cette voix qui promène son air nasillard au détour de chaque couplet. Sa couleur vocale est intrigante. Un je ne sais quoi d’androgyne se confond dans des tonalités éraillées. J’aime cette diction à la traîne, au ton désarticulé. Il y a quelque chose de régressif dans son absence de tenue.

Elle m’évoque un plaisir Singulier. Celui qui nous pousse à se fondre, avachi, dans le creux d’un fauteuil. Jouissance coupable et adolescente de lâcher toute tenue, de juste suivre les formes quitte à finir avec les fesses embrassant la fraîcheur du parquet. Cette posture gentiment rebelle sied avec justesse au caractère pop-punk de cet album.

Cette voix si singulière m’invite à commettre un grave vice musical:  chanter en yaourt. Retenant cette pulsion je me contente de mimer les murmures, j’en dessine les contours du bout des lèvres. Mon corps prend le relais dans l’expression de mon bien-être. Ma marche passe de balade acoustique à de naïfs sautillements. Une corde saturée me remet au pas tandis que mon talon bat la mesure. Un changement d’intonation vocale et je repars en slow.

Chacune des huit pistes résonne comme une histoire. Aucune raison que les choses ne se répètent, qu’un refrain doive toujours se faire entendre, qu’un instant de calme ne soit pas brisé sans préavis. On écoute avec attention, on réécoute avec étonnement.

« MUNYA », pour tous ceux en peine de bisous et de délices réfrigérés.

Trouver à écouter, sur quoi écrire. La vie de bureau est parfois ma meilleure alliée. En cette saison, je me suis associé aux lourdeurs atmosphériques estivales. Les bouches restent fermées de peur de s’assécher, les séants s’enfoncent plus profondément que jamais dans le creux de leur fauteuil. Bref, l’activité est au plus bas et je suis libre ! Libre de tâter du casque et d’osciller entre tableurs Excel et digging digital.

C’est dans cette agréable configuration qu’en pleine après midi, les choses prirent pour quelques minutes une tournure « glace à l’eau ». Sa présence s’est fait remarquer doucement, au fil des mots seulement. Une fraîcheur salvatrice est peu à peu parvenue à mon ouïe. Aux aguets, mes oreilles scrutent avec attention les contours simples de cette forme glacée. Asymétrique, elle parait joliment policée, un peu à la manière d’un caillou de rivière. Le grain est souple. Son rythme est tendre, presque immédiatement familier. Une première couche à la fois vivace et acidulée, peut-être citronnée, vient piquer l’attention de mes papilles auditives.

Déjà l’eau est à ma bouche. Pris de passion je brise la glace, prends une bouchée et m’ouvre aux mélodies. Je suis touché par une sensation de légèreté amoureuse. Je remarque alors que des mots doux, jusqu’alors figés dans l’eau solidifiée, se révèlent à moi. Un parfum sucré aux accents érable les accompagnent jusqu’à mon palais musical. Je me délecte et sens mon corps entraîné. De temps à autre, une corde électrique vient titiller le bout de ma langue de ses reflets tiki. Délice d’un instant, images et son d’un autre présent. Deux pistes et me voilà déjà en train de cueillir les dernière gouttes. Je susurre avec attention mon bâtonnet de bois, tentant désespérément de saisir les dernières saveur avant leur évanescence.

J’en veux une autre!!!!!

Bon été.

 

 

« Juana Molina », pour écouter la pop expérimentale d’une bohème d’outre tombe.

Mes doigts tiennent avec attention la précieuse sérigraphie circulaire. La galette prend le rythme de la rotation. Ce n’est qu’alors que le diamant peut trouver la strie qui lui était promise. Cela est arrivé une de ces fois où, avec un regard d’enfant, j’ai pris le temps d’admirer la magie musicale naissant de cette rencontre entre pointe et sillon. Magie dont le subtil bourdonnement peut se faire entendre avant même d’allumer l’ampli.

Il était alors un peu plus de dix-neuf heures. Le ciel se couvrait de rideaux et les ombres issues de mes luminaires commençaient à imprimer de noir leur repaire nocturne. Soudain, au détour d’un regard vers ma platine, j’aperçus un petit être, pas plus grand qu’un verre d’eau. Il sortait de l’ombre, il en avait fait son corps. Cette silhouette, prisonnière de ses deux uniques dimensions, détacha ses pieds fixés dans un dernier trait d’ombre et commença à danser. Je pris conscience que cette chose était animée par le son. Elle bougeait étrangement. Une étrangeté qui me rappelait ces formes que l’esprit s’ingénue à nous faire voir lorsque les sens se perdent. Rappelez-vous de ces figures que l’on croise à la lisière d’une forêt opaque au cours d’une sortie nocturne un peu trop silencieuse.

La créature déambule guidée par le son, créant autour d’elle un mirage mystique. Une voix féminine mystérieuse guide sa marche aveugle. Je peine à me figurer un visage derrière cette voix. Peut-être celui d’une diseuse de bonne aventure. Figuration féminine aux croyances syncrétiques et au visage couvert d’apparat apparats rituels. Parfois les prophéties sont calmes mais la tension reste toujours là, présente. Les cordes semblent tendues, souvent comme en sourdine.

Les nappes donnent de la vigueur à la petite créature. La voilà qui se joue des perspectives pour étaler son ombre. Les percussions s’intensifient. Elles sont larges, elles s’accélèrent. Certaines cordes lâchent leur retenue. Une électronique furtive, fenêtre sur autre monde, s’invite dans la transe. Sur les murs, l’ombre animée s’étire. Suspendu aux délicatesses vocales, attiré par la course rythmique, je la vois qui se tord. Ses jaillissements dansés ouvrent de nouvelles perspectives, sans cesse surprenantes.

Lorsque la musique vient à se taire, la figure d’ombre s’évapore dans le blanc de mes murs. Je la retrouverai, je saurai la réanimer. Je crois que mon corps souhaite danser en sa compagnie une fois de plus.

« Stolen Jars », pour embrasser la vitalité du printemps.


Auriez-vous une envie de printemps, peut-être même d’été. Envie de cette fragrance de bitume qui se révèle après la pluie. Celle que l’on retrouve furtivement au zénith d’une éclaircie de Mai, où le soleil reflété sur le goudron mouillé se change en disque de lumière. Je ferme les yeux, ébloui. Alors, en cet instant fugace, je sens la chaleur se décalquer sur mon visage, je respire cette brise humide qui se frotte à mon visage. Cet instant-là je l’aime, il fait vivre.

Il y a dans l’album de « stolen jars »: kept une douceur sonore à la spontanéité joyeuse qui m’a rappelé de tels moments. Je suis dans le train, au premier jour des vacances, en route pour les paysages familiers de ma Provence. Ces instants sont grisants en même temps que rassurants, le sentiment d’être libre et de revenir à une temporalité moins agressive. Vient le temps d’échanger les crissements du métro pour la légèreté d’un vélo.

Je glisse, les graviers s’écartent de ma route, battent le chemin d’un rythme rapide. J’ai l’impression d’aller tellement vite. Les rayons de mes roues deviennent des cordes, les guitares résonnent avec la même énergie que mes coups de pédales. Le vent siffle dans mes oreilles, il chante avec passion sa liberté, son amour du mouvement. Je pense à celle que je vais rejoindre ce soir. Il me semble la voir. Se tiendrait-elle au centre d’un champ de blé, les épis dorés lui caressant les cuisses. Droite, sa silhouette poétique m’appelle à l’innocence des mots doux et aux tendresses champêtres. Un dernier coup de pédale.  Je me redresse et me laisse porter par la vitesse. Du haut de mon vélo j’admire. Je ne sais si j’ai les yeux ouverts, est-ce que cela importe ?

Cet album est touchant. J’y vois la nervosité jouissive d’un Vampire-Weekend, la contemplation heureuse de Youth-Lagoon, l’atmosphère d’une folk aux inspirations pop. Comme dirait ma grand-mère « tout cela a un goût de revenez-y ».

« Oki Dub Ainu », réenchanter la forêt magique

OKI-DUB

Cette semaine, enfilez vos bottes en peau de phoque et votre plus belle chapka. Nous partons à la découverte de chansons venues du froid : l’œuvre du Oki Dub Ainu Band.

Il n’y a pas si longtemps, le nord du Japon était un jardin. Une forêt broussailleuse et magique peuplée de monstres et de fantômes. Une terre vierge, inconnue des empereurs de Kyoto et des samouraïs du sud. Cette île septentrionale était le territoire des aïnous, société indigène animiste vivant de la pêche et de la chasse à l’ours. Le soir, autour de l’âtre, les vieilles du village se réunissaient pour chanter la légende du dieu renard ou de l’esprit des bois.

Combattu par les forces de l’Empire, ce mode de vie a aujourd’hui disparu au profit de la civilisation nippone. Subsiste une minorité ethnique, reconnue par Tokyo. Mais, pour beaucoup, il s’agit aujourd’hui d’une culture morte destinée aux musées et aux livres d’Histoire. La musique aïnoue s’est donc muée en une attraction touristique, presque un fossile sonore.

Et puis Oki est arrivé.

Fils d’un sculpteur influent qui popularisa le design indigène, Oki a pris le relais de son père en adaptant des mélodies millénaires aux oreilles du XXIème siècle. Sa musique tient du nabé, ce plat de l’hiver où tous les ingrédients sont jetés dans une marmite fumante. Une louche de reggae jamaïcain, une pincée de riff mystique et une cuillère de chœur féminin chaloupé.

Son orchestre, le Oki Dub Ainu, s’efforce depuis plus d’une décennie de redonner  à l’Aïnou – langue sauvée de justesse par quelques anthropologues – son caractère sacré, remuant et enchanté. Sur une ligne mélodique au tonkori – une petite harpe de bois au son sec et chaud – se posent des voix venues tout droit du monde des esprits. Entre rituel chamanique et incantations oniriques, le japonais ressuscite la musique d’un pays disparu le temps de quelques balades cadencées.

Les traditions aïnoues affirment que les hommes doivent suivre la voie de certains animaux-totems immortels. À choisir, les chansons d’Oki tiennent du saumon : sautillantes, toujours à contre-courant et bien décidées à rejoindre la grande rivière des origines.

Julius, nouveau venu sur lorpheric.com

Copyright © 2019. Powered by WordPress & Romangie Theme.