Tag Archives: Cold

« Noga Erez », quand l’ombre se teint et s’éclaircit

Retournez en janvier, ou bien février. En ces temps froids d’alors, bandcamp m’apporta un ouvrage encore  inachevé. Pleins d’énergie, promettant d’ardents déhanchés et autres exécutions de boîtes de nuit les quelques titres de Noga Erez ont réussi à exciter mes papilles auditives. Lundi le vinyle est arrivé dans la boîte, je déchire, puis pose la galette sur son plateau. Je suis prêt à savourer.

J’entends le cri d’un chœur. La jeune première se place sur le devant la scène. L’écho prend d’assaut ses premières paroles, elles vibrent, résonnent. L’instrumentation l’habille d’un bleu noir à la sonorité agressive. La tenue est légère, agile. Des pans de matière se retrouvent en suspension au gré des contorsions vocales.

Je reçois les premières pistes de l’album de la même façon que certains tirages en noir et blanc. Il y a comme une dualité entre ombre et lumière, une situation où cette dernière coincée dans l’obscurité luit avec intermittence tentant vainement de se libérer. Ce contraste est protéiforme. Le temps de quelques instants il m’arrive de me sentir en lévitation, mais aussitôt la noirceur vibrante des nappes électroniques me rappelle au sol de sa pesante gravité.

Cette première partie d’album marquée d’une cold/trap aux beats parfois très rap se défait progressivement de ses tons orageux. La confrontation disparaît, on se rapproche d’un abandon. Peu à peu la bichromie s’évanouit, le contraste laisse de la place au dégradé. Des gélatines colorées viennent s’interposer entre la lumière intense des projecteurs et le noir de la scène. Les émotions se font plus nuancées, les progressions sonores laissent entrevoir une grande complexité, personnalité. J’aperçois dans ces rythmiques plus libérées un quelque chose entre lasciveté et nostalgie. Toutefois énergie et mouvement dansent toujours avec zèle autour de la vibrante voix. L’horizon semble s’élargir. Par moments les sons se parent de scintillements, de résonances plaintives quasi-végétales. L’ambiance se fait plus tamisée, le chant adoucit des contours autrefois droits et rugueux.

Avec le recul, cet album n’est pas forcement parti dans la direction que j’attendais. S’il reste de quoi en sortir plus d’un tube ces derniers s’insèrent avec naturel dans un ensemble de compositions variées et émotionnelles.

“Mansfield. TYA”, pour voir la fantaisie des nuages dans la forme coupante d’un glacier.

Je crois que j’aime bien les gens pince-sans-rire. J’en ai connu un comme ça, un amateur de beurre. À table, entre deux tartines, il ne pouvait s’empêcher de lancer des répliques désopilantes avec le plus grand sérieux. Souvent étranges, parfois graveleuses, toujours inattendues, j’aimais par-dessus tout la rupture comique entraînée par la spontanéité de tels propos.

J’ai retrouvé cette saveur dans ce court album. D’une piste à l’autre je ne sais si les mots qui viennent à mon oreille sont acerbes, sarcastiques, ironiques, ou simplement sincères. Sans doute doit-il avoir un peu de tout cela. Fruit d’un travail de reprise par plusieurs artistes, l’intérêt de cet album réside ainsi dans son mélange des formes et des registres. Aux pistes de Mansfield. TYA chaque artiste ajoute son pigment, son tour de poignet. J’y vois autant de syncrétismes, au pouvoir terriblement dépaysant.

À la première écoute je me suis comme retrouvé devant la Vénus de Milo chaussée d’une paire de tongs jaune fluo. Un travail fin, policé, aux sonorités presque cristallines avec en son sein des propos créatifs à la trivialité parfois surprenante. Il y a quelque chose d’un délire artistique, et j’aime ça. Voulez-vous partir écouter une complainte légèrement dépressive à propos de l’ennui dans une boîte qui passe de la cold techno ? Ou peut-être, pourrions-nous nous lancer dans l’écriture d’une lettre d’amour alors qu’une électro hystérique et doucement acidulée prend d’assaut le poste radio.

Mais derrière ces péripéties auditives je trouve une poésie. Les textes d’un bleu glacier laissent entrevoir des évocations imagées, des architectures suggestives aux arêtes nettes et coupantes mais dont l’agencement inspire grâce et éclat en même temps qu’une certaine amertume aux ombres mélancoliques.

À ceux qui trouvent dans la douleur, la beauté de se sentir en vie et l’énergie de se mettre à danser, ou même à se moquer du monde, puisse cet album vous inspirer.

Copyright © 2017. Powered by WordPress & Romangie Theme.