Tag Archives: cambriolage

« Alexander Lewis », quand être cambriolé amène créativité.

alexander lewis

Si jamais le titre de cette chronique vous interroge, oui il y a bien une histoire de cambriolage derrière ce single. C’est pour repayer son équipement que Monsieur « Alexander Lewis » a sorti ALL MY SH*T JUST GOT JACKED et cette démarche a su attirer ma curiosité, et peut-être aussi mon empathie.

Avant toute chose je vous invite à dépenser la modique somme de 1$ afin de pouvoir écouter les 3 pistes du single sans temps de chargement. Ces trois pistes n’en sont qu’une et ce serait desservir ce single que de ne pas profiter de transitions fluides et prévues pour l’être.

Les quelques minutes de ce single sont extrêmement intenses. On nage dans une électro qui flirte avec un Big Beat sur fond de rythmiques tribales. Les sons  y sont denses, qu’ils s’écrasent sur mes tympans avec fracas et tumulte. Pour autant, bien loin de moi l’idée de vous proposer du bruit pour du bruit. Plus que l’impact sonore de cet album ce sont les émotions qu’il dégage qui me poussent à vous le proposer.

Ces pistes s’enchaînent telles un récit, racontant chacune un ressenti, une expérience de vie au fil d’une progression très naturelle. Les premiers instants expriment peut-être un malaise, une expérience chamanique difficile mais formatrice. A cette phase de balbutiements douloureux succède un balancement entre des phases douces et violentes comme si l’accès à une jouissance intérieure était toujours parasitée par un je ne sais quoi échappant à tout contrôle. Enfin La troisième piste qui est par ailleurs la plus longue fait la part belle à des sons plus optimistes. Sans perdre en puissance on s’y sent plus apaisé, je m’y sens comme au début d’une histoire amoureuse où la crainte du rejet s’évanouit pour laisser place à une envie d’aller vers l’avant.

Ces 8 minutes, même en boucle, en appellent à mon endorphine. Alors que j’avoue avoir parfois du mal à créer des images sur une musique purement synthétique, je peux vous assurer que mes sens sont ici exaltés à tel point que la fin du morceau, plutôt ouverte, n’en est que plus frustrante.

Copyright © 2018. Powered by WordPress & Romangie Theme.