« Blood Wine or Honey », pour perdre son ouïe comme on perd son nez dans un marché aux épices

Voila bien quatre mois, depuis ma rencontre avec sa bande de copains, que je ne cesse de penser à lui. À l’époque il était single. Il ne l’est plus et je languis de vous le présenter.

Il est arrivé chez moi hier. N’étant pas Français ni même européen, il a eu du mal à trouver son chemin alors on s’était donné rendez-vous à la poste. Dès le premier regard j’ai su que ce serait physique, qu’il faudrait le forcer un peu pour qu’il se révèle à moi. Une fois déchirée sa tenue de voyage aux tons cartonnés, je le trouve vraiment beau. Ce rose aux reflets de velours est magnétique. Sa seconde peau est parée de formes surprenantes à l’arrangement psychédélique. Un certain mysticisme se dégage de lui. Avec lui, je sens tout de suite que ce sera émotionnellement fort. Assez traîné, il est temps pour moi d’écouter le chant de son corps quand je m’applique à en suivre les sillons.

J’aurais du mal à trouver un archétype qui puisse le résumer en quelques mots. Dès les premier instants, je ressens en moi les vibrations. D’abord diffuse, une cascade de percussions se rapproche et rapidement  m’ensorcelle. Un clignotement métallique accélère ma perception du temps. Des voix chuchotées, shamaniques, criées, viennent encercler mon crâne. Figures vocales fugaces dont l’apparition souvent mystérieuse n’a d’égal que leur évanescence. Par instants, un voile électronique vient nuancer cette scène sonore très ouverte. La profondeur et l’étendue de ces sonorités synthétiques mettent en lumière le concert des percussions.  Au détour d’un instant, un cuivre joue des coudes et nous fait le plaisir d’une demo de breakdance. Les formes changent à un rythme effréné.  Dans la tension la rythmique s’oublie, les fondations s’écroulent avec grandeur. Crescendo, me voilà en chute libre. Subitement, in extremis, équilibriste, me voilà retenu par une ligne de basse. C’est le retour du clignotement qui m’a guidé vers elle. Chants et instrument ressurgissent. Je profite, je ne sais à quoi m’attendre.

Perpétuelle surprise, je suis emporté par mon amant aux reflets rose velours. Il me peint une danse surréelle, sautillant avec légèreté de nénuphar en nénuphar. Seule la propagation du son le long de concentriques trahit son passage. À peine quelques minutes plus tard, il me révélè le passage d’une comète à proximité de la géante Helium A. J’observe avec jouissance les arabesques de cette ballerine stellaire, laissant dans son sillon une robe scintillante aux couleurs boréales.

Musique je t’aime, tu es mon rêve, tu es ma fuite.

Got Something To Say:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Copyright © 2018. Powered by WordPress & Romangie Theme.