« Sorg », Pour se perdre dans une rondeur électronique et s’oublier marcher.

Le son se lève tel un souffle qui vient éclaircir le silence. Aujourd’hui je suis sans questionnements. Je veux dandiner de la tête sans réfléchir, sans analyser. Je veux écouter la musique d’un monde idéal, fait de volumes s’agençant avec perfection.  Un monde où rien ne serait à changer. Je veux profiter du beau, du lisse, de la beauté des reflets.

Je ressens certains albums d’électro comme un exercice de pure esthétique. Celui-ci fait parti de ceux-là.

À la manière d’un parfumeur cherchant les plus pures odeurs, je me figure une main qui, derrière clavier et contrôleurs, est allée rechercher l’essence d’un son, la genèse d’une forme. Aller si loin : travailler la texture sonore d’une courbe, se retrouver au cœur d’une fractale sans fin puis changer de perspective, trouver une bifurcation au creux d’un assoupissement et relancer, toujours relancer. Il y a comme un quelque chose de César, sculpture sonore insaisissable et fascinante. Succession de sons en expansion et en compression, arborant toujours les contours d’une géométrie millimétrée aux formes souples et arrondies.

Je me sens traversé par ces sons ronds. Leur étrangeté provient de leur forme mouvante, insaisissable. Toujours similaire sans l’être entièrement. J’ai le sentiment d’explorer un monde de variations. Cet univers m’apparaît néanmoins chaleureux, généreux. J’aspire à me faire enrober de ces textures sonores. Je suis attiré avec la même insouciance curieuse que les doigts d’un nouveau né vers un objet au revêtement encore inexploré. Des voix s’immiscent dans la beauté de ces paysages d’esthète, les frontières sont troubles. Je prend un plaisir enfantin à mimer du bout des lèvres les mouvements de chaque courbe sonore, à suivre les lentes pérégrinations des nappes électroniques par un lent roulis de ma tête sur mes épaules. Il en est ainsi jusqu’à l’oubli. les yeux fermés, abandonné aux décibels, mon corps se meut dans un espace régi par l’ouïe.

Sorg, tu m’as fait danser. C’était vraiment bien, j’ai même manqué de me prendre un mur.

Got Something To Say:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Copyright © 2018. Powered by WordPress & Romangie Theme.